LIEU: Santo Domingo Nº 1495, Santiago, Chili.
TÉLÉPHONES: +56226961311 - +56226961443

Le régiment des pompiers de Paris, une référence pour Pompe France depuis sa création, qui a pris pour image le régiment des pompiers de Paris. Ce n'étaient pas seulement leurs uniformes, leur travail, leurs techniques et leur prestige étaient connus de nos fondateurs, qui cherchaient toujours à imiter et à mettre tout cela au service des pompiers de Santiago, obtenant des instructions, des techniques et des manuels. venant de Paris.

Naissance d'une longue amitié
En 1868, une nouvelle parvint à Santiago d'un héros parisien appartenant aux pompiers de Paris. Ce pompier avait effectué un sauvetage de 10 personnes d'un incendie, muni d'une échelle au Crochet, il gravit la façade de l'immeuble en effectuant diverses manœuvres qui lui permirent
sauvant ce groupe de personnes de différentes fenêtres de l'immeuble en flammes dans la nuit du 9 août 1968, situé rue Saint-Antoine n ° 134, à Paris, cette nouvelle qui est venue des journaux français à Santiago a fait sensation dans les rangs de la Société, décidant de le récompenser de
Santiago, oui, récompensez-le à plus de 14.680 kilomètres, comment cela s'est-il passé? Voici l'histoire ...

Le Quatrième, décide de lui envoyer un diplôme d'honneur pour l'acte de "Courage", en plus d'une médaille de la Compagnie. Ces distinctions ont été faites en envoyant ces objets par bateau, via une chaîne diplomatique. C'est à Paris qu'en XXXX Ministre aujourd'hui Ambassadeur du Chili, il a eu une rencontre avec le Chef Général des Pompiers de Paris, on lui a expliqué que la Quatrième Compagnie française de pompiers volontaires d'un pays appelé le Chili, avait décidé de rendre hommage au Sergent François Thibault , pour cet acte de courage. Le sergent a reçu l'ordre de se présenter à l'ambassade où, lors d'une petite cérémonie, l'ambassadeur du Chili en France et au nom du directeur de la quatrième lui a remis une lettre avec les détails de la décision et l'honneur ressenti par les pompiers de Cuartino. , le diplôme et la médaille. Aujourd'hui, cette lettre est conservée au Musée de la Brigade de Sapeurs Pompiers à Paris.

Influence des pompiers de Paris sur CBS.
L'expérience de grands Cuartinos tels que Don Enrique Pinaud Cheyre, à Paris, a été confirmée dans son travail de commandant, vice-surintendant et directeur honoraire, en fait, il était toujours en charge de pouvoir mettre en pratique l'expérience militaire reçue, les procédures du
Les pompiers de Paris tout au long de leur vie de pompier, inculquant aux nouvelles générations ces caractéristiques qui ont été prises et testées sans discussion, des années plus tard avec Don Louis De Cambiaire Duronea, et la publication du manuel d'instructions de l'Ordre du Jour mettre
pratiquer une adaptation des procédures adaptée du manuel d'instructions des sapeurs-pompiers de Paris, manuel qui reste à ce jour la base de l'instruction nationale, puisque de là
les techniques et les procédures pour les besoins actuels ont été modifiées et mises à jour, une relation marquée que le Quatrième, grâce à de grands hommes, a pu exporter aux pompiers de Santiago et du Chili.

Une nouvelle approche est née avec les sapeurs-pompiers de Paris.
De longues années se sont écoulées depuis les derniers contacts avec les pompiers parisiens, lorsque Don Enrique Pauliac s'est rendu à Paris et s'y est installé pendant quelques mois, pouvant faire le tour de l'Europe et visiter le personnel des pompiers de Paris, comme visiter le quartier de Montmartre
où se trouve la caserne où j'étais logé pendant plus d'un an.
Au cours de sa visite, Don Enrique a été reçu par de hauts fonctionnaires avec lesquels il peut partager, racontant sa propre histoire ainsi que celle de la Pompe France de Santiago, dans ce processus il rencontre un jeune Patrice Havard avec lequel il établit une bonne amitié.
Fort de ces informations, il revient au Chili, commente ce qu'il a vécu et diverses communications sont faites qui, après quelques années, commencent à porter leurs fruits. Une aide importante est reçue de Paris, un départ du dernier modèle des casques en acier conçu dans les années 70, ainsi que l'arrivée des uniformes de départ, "stop" pour nous qui incorporait la chemise blanche et la cravate noire, également une quantité de pantalon bleu de la même couleur que la veste et qui sera reversée à notre société.
En 1986 avec l'intégration du volontaire Christian Chassignolle au service militaire et son contact ultérieur en tant que pompier professionnel, une nouvelle étape dans les relations commence, puisque ce volontaire reviendra au Chili en vacances en apportant de Paris, des manuels et des uniformes qui
Ils allumeront à nouveau la flamme de l'approche. Les prochains voyages de Chasignolle seront une fenêtre pour motiver une nouvelle approche, ce qui a fait fureur chez nos bénévoles lors d'une des
Ses voyages lui apportent un casque Gallet F1 et sa longue veste en cuir avec fermeture velcro, un monde d'avancement que nous voulions évidemment tous avoir.
Lorsque Don Luis Claviere prend ses fonctions de directeur de la Compagnie, il se propose de recommencer un rapprochement avec la Brigade, il obtient une audience à l'état-major. Il est reçu avec Christian Chassignolle. La visite nous permet de faire connaître l'histoire de notre entreprise, retour
pour raconter toutes les histoires et réincarner de nouveaux officiers qui nous connaissent peu.
Avec des visites répétées au début des années 90, ils ont permis au général en chef de la Brigade de Sapeurs Pompiers de Paris d'accepter l'invitation du directeur Claviere. Un jubilé envahit la caserne, nous avons dû organiser l'arrivée du général à Santiago, que ferions-nous, où
Nous apporterions, que montrerions-nous de nous-mêmes?, Un monde de questions et réponses que les officiers de l'époque, avec les Conseils respectifs et toute la Compagnie, étaient chargés d'organiser afin de présenter au Général une Compagnie et toute une Histoire.
La Compagnie a rapidement commencé à déplacer toute une machinerie, informe l'ambassade, demande la collaboration, la même chose avec nos officiers généraux, leur demande de se joindre, que le service d'incendie fasse également partie, demande même le soutien du président du conseil.
Nacional et sa proximité pour être membre de la cinquième compagnie des pompiers de Ñuñoa, compagnie avec laquelle nous partageons l'échange ieieicc, convaincre les sociétés de la Bourse de recevoir également le général et son entourage en visite, etc. Ce fut un long voyage de plusieurs mois avec de nombreuses rencontres et un excellent travail développé par notre directeur. Que tour à tour des mois auparavant, alors qu'il était à Paris pour mener à bien ces efforts, les F1 Gallet Helmets ont été reçus par un ministre français.

La date est arrivée, le jour où le général Bernard Fauchier a été reçu à l'aéroport de Santiago, accompagné du colonel Jean Luc Maresq et de leurs épouses respectives. De nombreux détails avaient été pensés et soutenus par un haut fonctionnaire des Carabineros chiliens, un pompier de la Quinta de
Valparaíso, Pompe France, avait eu des escortes de mousquetons sur les motos, donc les voyages se faisaient à une excellente vitesse et avec la plus grande sécurité.
Ce même après-midi, le général Fauchier a été officiellement reçu à notre quartier général, en présence des plus hautes autorités de la CBS, de l'ambassade de France au Chili, de l'attaché de la protection civile, des militaires, des membres d'honneur et des amis; Le mieux que nous avions était disponible, la cérémonie effectuée dans la salle des machines a réussi à montrer une compagnie disciplinée et ordonnée, une cérémonie organisée en espagnol et en français, c'est là que le général a pu réaliser qui nous prenions le plus pendant les différents jours haute image de la Pompe France de Santiago.
Le général Bernard Fauchier passe en revue la Compagnie avec le surintendant et le commandant.

Il a été reçu par le conseil d'administration de CBS, lui remettant la médaille du mérite du service d'incendie de Santiago, il a visité Valparaíso et Punta Arenas, le conseil national reçu par le président de l'époque, Octavio Hinzpeter, a pu visiter Santiago, y compris certains endroits typiques du centre de
Santiago, a été une semaine pleine d'activités qui ont commencé une relation. Un pas de géant avait été fait dans les relations, l'image de la Compagnie était dans un excellent endroit, les officiers supérieurs de la Brigade reviendraient avec beaucoup de doutes résolus, avec un amour et une amitié qui
il commencerait à porter ses premiers fruits.

Nouvelles vues des nouveaux généraux
Une fois la visite du général Fauchier achevée, le travail constant de notre directeur s'est poursuivi pour continuer à renforcer la relation, de nombreux voyages effectués par Don Luis Claviere dans les années 90, le changement de général arrive, de nouveaux visages arrivent et nous devons maintenir la relations, rencontres, continuez à présenter et faire connaître la Pompe France de Santiago.
La visite des nouveaux généraux viendrait à Santiago, les généraux messieurs Jean Martial et Richard Lefevre, ce dernier mettra fin à un jumelage à long terme.

Lors de ces nouvelles visites, le même déploiement de tous les pompiers de la Société aura lieu pour montrer le meilleur de nous face à de nouvelles visites. Le Service d'incendie de Santiago nous a également soutenu dans cette démarche.
Des progrès commencent à se faire, par exemple, l'acceptation pour que les volontaires de la Quatrième puissent effectuer une étape de 3 semaines dans la caserne de la Brigade, c'est ainsi que les déplacements de divers
Cuartinos à la fin des années 90, s'imprégnant d'expériences indélébiles avec les sapeurs-pompiers de Paris, pouvant aller avec eux aux interventions faire une vie de caserne comme une de plus au sein de chaque équipe. Ensuite, les pompiers d'autres sociétés du service d'incendie de Santiago peuvent être inclus. Plusieurs volontaires des 1ère, 3ème, 6ème, 7ème, 9ème, 11ème, 12ème, 17ème et 18ème compagnies ont pu se familiariser avec le fonctionnement de la Brigade.

FrenchSpanish