LIEU: Santo Domingo Nº 1495, Santiago, Chili.
TÉLÉPHONES: +56226961311 - +56226961443

Le premier service d'incendie chilien est né à Valparaíso en 1851, après un grand incendie qui a complètement détruit la Calle del Cabo. Le 30 juin de la même année, les listes de constitution sont fermées pour rejoindre la "Fire Association".

Santiago, quant à lui, comptait déjà plus de 300.000 XNUMX personnes, mais les services publics étaient de base. Les incendies étaient courants et ont été affrontés conjointement par les autorités municipales, sereins, la police et les voisins concernés eux-mêmes sans disposer des outils nécessaires pour lutter contre ces situations.

La ville est profondément marquée par la religiosité et le 8 décembre 1863, à l'apogée du Mois de Marie, le Temple de l'Église de la Compagnie de Jésus abrite des milliers de fidèles, mais un incendie vorace et incontrôlable s'empare des lieux , prenant plus de deux mille âmes, principalement des femmes et des enfants. L'incendie était d'une telle ampleur que la communauté a été complètement affectée.

Parmi les habitants qui ont fait le tour de la ville pour prêter et demander de l'aide aux victimes, un marchand de l'or en Californie se pose, qui, face à l'impuissance dans la lutte contre la catastrophe, a appelé "les jeunes" avec une publication dans le journal de le temps "La Voz de Chile", une note qui a été reproduite le lendemain par "El Ferrocarril", avec la teneur suivante: "Au public: les jeunes qui souhaitent participer à la formation d'une compagnie d'incendie sont cités comme passant le 14 du jour à une heure de l'après-midi, au bureau du soussigné. »

L'APPEL À LA COMMUNAUTÉ:

Le 8 décembre 1863, José Luis Claro fait partie des centaines d'habitants de la capitale qui observent impuissants l'incendie horrible du Temple de la Compagnie de Jésus, qui a fait plus de deux mille victimes.

Quelques jours plus tard, alors que la messe de funérailles était organisée pour les 2.200 14 victimes, une petite notice perdue dans les pages des journaux El Ferrocarril et La Voz de Chile a éclaté de désolation. En eux, le citoyen José Luis Claro Cruz a appelé les jeunes de la capitale à se réunir le lundi 1863 décembre XNUMX pour former une entreprise de pompiers volontaires.

La réponse a été immédiate. Deux cents jeunes sont venus au bureau de Claro pour demander à participer à cette initiative urgente. Il y avait d'éminents politiciens, prêtres, hommes d'affaires, journaliers et artisans. Il y avait tellement de convocations qu'il fut décidé de convoquer une nouvelle réunion, pour le 20 décembre 1863, dans les salles de la Philharmonie.

De nombreux participants ont perdu un parent ou un ami et même le maire de la capitale, Francisco Bascuñan Guerrero, a regretté la disparition dans les flammes de sa sœur et de ses nièces.

C'est ainsi que le premier acte a été:

"A Santiago du Chili, le vingtième jour du mois de décembre 1863, à la suite de l'incendie vorace du Temple de la Compagnie, qui dans l'après-midi du 8 du courant a emporté de Santiago deux mille mères et filles de famille, nombreux résidents de cette La ville s'est spontanément réunie dans les salles de casino de l'Orchestre philharmonique dans le but de former un service d'incendie volontaire pour éviter de futurs malheurs de la même origine. D'un commun accord, ils ont convenu d'adopter, en général, pour ce corps l'organisation et le régime du service d'incendie de Valparaíso et, bien sûr, d'organiser trois compagnies d'incendie, avec le nom: de l'Est (actuel 1er, directeur José Besa), du Sud (actuel 2e, directeur Manuel Recabarren) et Poniente (actuel 3e, directeur Enrique Meiggs), et une compagnie de gardiennage (6e actuel, directeur Manuel Antonio Matta) ».

PREMIER RÉPERTOIRE

Lors de la réunion du 20 décembre, l'élection de l'homme d'affaires minier José Tomás Urmeneta, en tant que directeur, est enregistrée; José Besa, surintendant adjoint, et Ángel Custodio Gallo, commandant.

La relation, écrite et signée ce jour-là, était une réponse à une discussion de deux ans et, immédiatement, avec l'urgence causée par la tragédie, le règlement général du service d'incendie de Valparaíso a été adopté pour «organiser, bien sûr, trois sociétés d'incendie "

L'image du peintre français Luis Eugenio Lemoine, le premier Directoire de l'Institution apparaît. Le travail a été donné en 1905 par le surintendant d'alors, Ismael Valdés Vergara, et se trouve actuellement au siège.

De gauche à droite sont assis: Ángel Custodio Gallo, commandant; José Besa, surintendant adjoint, et Agustín Prieto, vice-commandant. Debout: Manuel Recabarren, directeur de la Bomba del Sur; Carlos de Monrey, directeur de la pompe à eau française; Máximo Argüelles, secrétaire général; Manuel Antonio Matta, directeur de la Company of Property Saviors and Guards; Juan Tomás Smith, trésorier général; Henry Meiggs, directeur de Bomba Poniente; Gastón Dubord, directeur de la Second Axe Company, et Adolfo Eastman, directeur de la First Axe Company.

LE FONDATEUR: JOSÉ LUIS CLARO CRUZ

Fils de Vicente Claro Monténégro et de Carmen de la Cruz Prieto, puissante famille Concepción, il était le neveu du général José María de la Cruz et de l'ancien président Joaquín Prieto. Marchand actif de 37 ans, il revint de la soi-disant Californie Gold Rush, qu'il quitta après avoir participé au mouvement révolutionnaire raté de 1851.

Marié à la poète Amelia Solar Marín, du mariage duquel sont nés le juriste Luis Claro Solar et le député Raúl Claro Solar, José Luis Claro Cruz appartenait au cercle de Vicuña Mackenna, Francisco Bilbao, Fermín Vivaceta et de son beau-frère Manuel Recabarren.

FrenchSpanish