LIEU: Santo Domingo Nº 1495, Santiago, Chili.
TÉLÉPHONES: +56226961311 - +56226961443

Échange de fraternité avec la Cinquième Compagnie Pompe France de Valparaíso

La "Pompe France" de Santiago, avec sa sœur la Quinta de Valparaíso, maintient la plus ancienne bourse de fraternité du pays. Ce fait a son origine au moment même de la formation du Service des incendies de Santiago, en décembre de l'année 1863, après la catastrophe qui s'est produite à la suite de l'incendie du Temple de la Compagnie le 8 de ce même mois et qui a facturé plus de 2.000 morts.

Répondant à l'appel de Don José Luis Claro y Cruz pour former ce service d'incendie comme celui créé dans le port de Valparaíso en 1851, M. Augustin MOURGUES convoque la communauté française résidant à Santiago pour former une compagnie d'incendie française qui rejoindra l'établissement Capital Bomberil récemment créé. Avec cela, la première étape a été prise pour organiser la première compagnie de colonie du service d'incendie de Santiago, un appel qui a sans aucun doute été suivi par certains quintinos de Valparaíso qui étaient dans la capitale.

Avec la base et l'organisation de la "Pompe France" de Valparaíso, dont les Français vivant à Santiago avaient déjà connaissance, le QUATRIÉME est né, adoptant le même nom, la même devise et le même règlement des Français du Port, beaucoup de ses Les fondateurs bénévoles de la "Pompe France" de Valparaíso ou leurs proches, qui, ajoutés à la colonie française enthousiaste et généreuse résidant à Santiago, ont donné vie à cette nouvelle compagnie d'incendie française. L'événement de la fondation du Quatriéme marque le début des relations entre les deux sociétés, où, en raison de la vie sociale et commerciale mouvementée qui existait entre Valparaíso et Santiago au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, la participation de bénévoles des deux sociétés était récurrente. dans l'un d'eux, selon la ville où ils se trouvent.

Pour cette raison, le directeur de la "Pompe France" de Santiago d'alors, M. Edmond PONCET, a communiqué à son homologue de Valparaiso, M. Adolphe BROCHON, que lors d'une session du Conseil de la famille (anciennement appelée) du 4 février 1873 , il a été convenu de formaliser cette relation bilatérale à travers un simple document, sauvant pour l'Histoire l'accord qui est proposé ci-dessous:

Proposition à la 5e compagnie. de Valparaíso.

Le directeur de la 4e est autorisé (à l'unanimité) à écrire au directeur des pompiers français de Valparaíso (5e compagnie) pour demander que: avec une simple lettre du directeur, les volontaires des deux sociétés soient enregistrés dans l'autre lorsqu'ils changent de direction. Accueil.

Ce document est considéré par les deux Compagnies comme le point initial et formel de la Confrérie, sachant qu'à cette époque le concept de pompier d '"Echange" n'était pas connu, et ce mot n'existait pas dans le mot gaulois.

A cet égard, d'autres antécédents se retrouvent dans le conseil d'administration et de discipline du 5, en date du 13 janvier 1922, dans lequel il a été convenu de répondre à la 4e société. Service d'incendie de Santiago, dans le même sens où il a été proposé, c'est-à-dire de faciliter l'assistance aux volontaires de la 4e Compagnie. de Santiago, cette décision est signée par le réalisateur Philippe Camera et le capitaine Raoul Despouy.

Un autre antécédent qui réaffirme l'actuel échange de 1873 se trouve dans la décision de compagnie n ° 15 de la "Pompe France" de Santiago, signée par le directeur Edouard Dussert et le capitaine Jean Cugniet, le 26.10.1959 qui dit: «Relations avec la Cía. de Valparaíso: «la Société maintient un échange officiel de présence aux Actes de Service avec le 5ème. Cia. De Bomberos «Pompe France» de Valparaíso, créée le 22 février 1921 ″

Depuis 1863, beaucoup ont été les Volontaires des deux Unités qui ont fourni des services à Santiago et Valparaíso et vice versa, renforçant encore les liens d'amitié et de tradition entre les deux Compagnies. Il est à noter que le premier Capitaine du Quatrième, M. Auguste RAYMOND, Volontaire fondateur de la "Pompe France" de Valparaiso en 1856, est celui qui entame une longue liste de Volontaires présentant ces caractéristiques.

De plus, il existe une longue liste de bénévoles pour les honoraires de rachat honoraires entre les deux sociétés.

De cette manière, et depuis déjà 147 ans, la Fraternité est restée inchangée entre la "Pompe France" de Santiago et la "Pompe France" de Valparaíso, contribuant jour après jour à servir, toujours avec la mission honorable de le faire sous les couleurs du drapeau français.

Échange de fraternité avec la Cinquième Compagnie Pompe France de Punta Arenas

Échange avec la cinquième compagnie «Pompe France» de Punta Arenas

A la fin des années 90, un groupe de quintinos de Magellan s'est rendu au centre du pays, prenant contact avec la "Pompe France" de Valparaíso et Santiago.

Ainsi, après de longues conversations et rencontres, la "Pompe France" à Punta Arenas a fait l'échange de la Fraternité avec son homonyme à Santiago en 1995 et plus tard avec la "Pompe France" à Valparaíso en 2001.

L'échange entre la «Pompe France» de Santiago et Punta Arenas a été approuvé par le 4 de Santiago le 14 juin 1995, avec M. Louis Claviere comme directeur, et par le 5 de Punta Arenas, le 23 octobre de la même année , M. Alberto Vera étant directeur.

La genèse de la "Pompe France" de Punta Arenas ne diffère pas beaucoup de celle de ses prédécesseurs. Nous nous sommes plongés dans l'histoire et avons pu obtenir que, en effet, les mêmes conditions qui ont conduit à la fondation des 5e et 4e de Valparaíso et Santiago, respectivement, ont été convenues:

Après un incendie vorace, le service d'incendie de Punta Arenas a été fondé le 14 juin 1889; À la fin de 1906, et répondant à l'appel à former une compagnie d'incendie d'origine française, la colonie résidente enthousiaste a répondu avec 16 citoyens français résidant dans la région, sur un total de 256 qui ont été enregistrés en 1889.

C'est le 14 octobre 1906 qu'un groupe d'éminents membres de la communauté, tous d'origine française, réunis à l'Hôtel de France, aujourd'hui disparu, donne vie à la Cinquième compagnie d'incendie avec l'autorisation du Directoire général.

En bref, la cinquième compagnie de Punta Arenas a été fondée le 15 novembre 1906, bien qu'elle ait été incorporée au service d'incendie le 3 mai 1907. Le premier conseil était composé de: directeur, Alban Ladouch, capitaine, Juan Baylac, secrétaire, Leopoldo Bourgade, trésorier, Jose Menville, premier lieutenant, Claudio Imber, sous-lieutenant, Fernando Chapotel, en plus du sous-sergent, Edmundo Groetaers. Tout au long du temps qui s'est écoulé, il y a eu pas mal de situations dans lesquelles la «Pompe France» a montré son inquiétude et son aide à sa sœur à Canje, que ce soit lors d'événements tels que la destruction de leur caserne par des accidents, des explosions ou des incendies, ou avec leur présence aux adieux funéraires de volontaires ou martyrs tombés dans l'exercice de leurs fonctions. De même, il y a eu de nombreuses dates de célébrations qu'ils ont partagées, comme des centenaires, des concours, des anniversaires et qui sont restés dans la mémoire de leurs membres et ont encore renforcé ce grand sentiment de fraternité.

Échange avec la Benemérita, Heroica et Sesquicentennial Fire Company France 3 Lima des pompiers du Pérou

Une vieille relation qui s'est matérialisée dans un échange de fraternité avec la Compagnie française de Lima, au Pérou, en fait, diverses visites avec nos amis de Lima ont eu lieu au fil des ans dans nos histoires respectives, les frontières physiques entre les pays n'ont jamais été pour l'amitié des pompiers, Sous le même drapeau, les relations ont été maintenues pendant des décennies, cela a porté ses fruits en 2017 lorsque la Bourse a été signée dans la ville de Lima, une grande délégation de pompiers de la Pompe France de Santiago s'est rendue dans la capitale péruvienne pour signer ce document tant attendu sur ce qui se traduit par la ratification que les valeurs communes de liberté, d'égalité et de fraternité n'ont pas de frontières chez les hommes de bonne volonté qui donnent tout sans rien attendre en retour. Jusqu'à aujourd'hui, la signature de ce document nous a permis de partager différents moments de joie et de tristesse, toujours unis sous le tricolore français.

FrenchSpanish